A celle qui intercède

311muril

« Il y a des jours où les patrons et les saints ne suffisent pas…

Alors il faut prendre son courage à deux mains,

Et s’adresser directement à celle qui est au-dessus de tout.

Etre hardi. Une fois. S’adresser hardiment à celle qui est infiniment belle.

Parce qu’aussi elle est infiniment bonne.

A celle qui intercède. »

(Charles Péguy)

 

Marie est celle qui intercède. Depuis que le Fils l’a choisie pour elle sa Mère, depuis que Dieu a déposé son regard sur cette créature, et l’a rendue digne de devenir la Mère de Dieu, une relation unique, une connexion inimitable existe entre Marie et Jésus. Jésus n’a qu’une mère, et c’est la Vierge Marie. Elle est la seule, élue et bénie entre toutes les femmes, la seule avec le Père Eternel, à pouvoir regarder Jésus et l’appeler de ce doux nom de « fils ». Alors il est bien naturel que Marie ait une place unique dans le mystère du Salut, dans le plan de la Rédemption. Depuis l’Annonciation jusqu’à l’Assomption, en passant par Cana, et la Passion, Marie n’agit que par et pour son Fils Unique. C’est pourquoi Il l’a récompensée et l’a couronnée au Ciel, Reine des anges et des hommes.

 

Depuis, la mission de Marie n’est pas terminée. Bien au contraire. Si Marie est notre Reine, elle est surtout notre Mère, et comme toute Mère, elle s’inquiète pour nous. Elle veille, elle protège, elle se fait du souci. Et elle intercède. Intercéder, c’est faire le lien, la connexion, entre Dieu et nous. Seulement, pour qu’elle puisse intercéder, il faut que nous nous approchions, que nous lui parlions, que nous la prions. Le mois de mai est fait pour cela. Profitons de ce mois, dédié à la Vierge-Mère, pour continuer ou reprendre l’habitude si bonne et si salutaire du chapelet : pour honorer Marie, pour fleurir ses autels et ses statues : pour lui présenter nos hommages de sujets devant une Reine, nos présents de fils devant une Mère, et nos prières de pécheurs, devant celle qui intercède.

 

Abbé Jean de Massia, FSSP