Prier pour l’Église

Du 4 au 25 octobre, se déroulera la deuxième session du synode sur la famille, synode souhaité par le pape François pour apporter un éclaircissement et un approfondissement sur la doctrine catholique de la famille et du mariage. Vous vous souvenez sans doute de la première session, en octobre 2014. L’impression finale, qui est restée dans la tête de beaucoup d’entre nous, est une impression de trouble, d’incertitude. Alors que nous attendions une réponse claire et solide, un phare pour guider les âmes au milieu des révolutions idéologiques et des attaques contre la famille et le mariage, son unité, son indissolubilité, son rapport intrinsèque à la vie, c’est plutôt la confusion qui en est ressortie, comme l’impression gênante d’une opposition entre des hommes d’église, d’un désaccord sur ces questions pourtant centrales. La flamme qui devait nous éclairer nous a semblé vacillante, et hésitante. Alors que s’ouvre, très prochainement, la deuxième partie de ce synode, plutôt que de sombrer dans le trouble, plutôt que de perdre confiance et de se réfugier dans la critique facile, il est de votre devoir de chrétiens, de catholiques romains de prier pour l’Église, de prier pour Sa Sainteté le Pape François,  portés par la Foi et l’Espérance, nous souvenant des promesses que le Christ a fait à Pierre en bâtissant son Église sur un roc solide que rien ne pourra ébranler. De prier pour que ce synode apporte la paix dans les cœurs, la clarté dans les intelligences, et pour que le message de Vérité du Christ soit transmis et approfondi, résistant au chant des sirènes idéologiques et mortifères de notre société qui se perd. Et comme c’est le mois du Rosaire, je vous encourage vivement à prier, tous les jours entre le 4 et le 25 octobre, seul ou en famille, une dizaine de votre chapelet pour l’Église et pour le pape, en ajoutant la prière suivante :

« Dieu tout puissant et éternel, jetez un regard plein de bonté sur votre serviteur, Sa sainteté le pape François ; et conduisez-le, selon votre clémence, dans la voie du salut éternel ; afin que, par votre grâce, il désire ce qui vous plaît, et l’accomplisse de toutes ses forces. Ainsi soit-il. »