« Certainement, l’Eternel est en ce lieu, et moi, je ne le savais pas ! Que ce lieu est redoutable ! C’est ici la maison de Dieu, c’est ici la porte des cieux ! » (Gen, 28, 16-17) Ces paroles, Jacob les a prononcés à son réveil, après le songe de l’échelle. C’est, d’une certaine façon, ce même sentiment du « passage de Dieu » qui surprend le voyageur qui vient pour la première fois en Terre Sainte. Telle est à la grâce donnée à notre groupe de pèlerins, issu principalement de l’apostolat de Saint-Martin de Bréthencourt : revenir sur les traces du Verbe de Dieu. De Nazareth à Bethléem, du Mont Sion au Mont des Oliviers, du Thabor au Golgotha, en passant par la Mer de Galilée et le Jourdain, partout nos 31 pèlerins, accompagnés des abbés Thomas Leclair et Jean de Massia, ont pu découvrir ces lieux où le Christ est passé, 2000 ans auparavant. La Foi n’en demande pas tant, et pourtant elle ne peut être qu’affermie au contact de la réalité des Ecritures, comme si une partie de son voile se levait pour nous dire : « C’est vraiment là que cela s’est passé ». Autant d’images pour alimenter la prière, autant de souvenirs pour donner de la profondeur à la lecture de la Bible. Aller en Terre Sainte, c’est prendre conscience du réalisme de notre Foi : celle du Verbe Incarné en un temps et dans un lieu, sur une terre bénie que Dieu s’est choisie… Deo gratias !

Quelques photos :