Avançons vers la sainte quarantaine…

« La liturgie, nous dit Péguy, est de la théologie détendue ». Et en ce temps de la Septuagésime dans lequel nous venons de rentrer, l’Eglise vient nous rappeler que le Bon Dieu utilise le temps long pour nous sanctifier, car tout ce qui a de la valeur doit être fait avec le temps.

Dieu pourrait nous rendre saint sur le champ, mais entre le jour de notre baptême et celui de notre mort, il y a toutes ces heures qui s’écoulent et qui ont chacune leur valeur. Elles nous permettent de prouver notre amour pour Dieu, pas après pas.

Pourquoi le Seigneur veut-il cette succession de jours qui semblent se répéter, ces combats que nous menons à répétition ? Oui, Dieu le veut, car il aime celui qui se donne, qui se donne tout entier. Et pour se donner tout entier, nous avons besoin du temps, de cette multitude de journées qui s’écoulent pour redire notre amour chaque jour, comme dans le mariage d’ailleurs.

Cette répétition de notre quotidien, cette conduite que je vais faire des centaines fois, ce ménage qu’il faut recommencer sans cesse, cette patience avec le client, redire cent fois la même chose à son enfant, bref, tous ces actes de chaque jour, il ne s’agit pas simplement de les faire machinalement, mais de les réaliser avec une grandeur d’âme.  Non, il n’y a rien à inventer. Il nous faut nous renouveler. Il ne s’agit pas de faire plus, mais de faire mieux. Alors bonne route vers le ciel grâce au petit quotidien.

Partager sur les réseaux sociaux
Facebook
Twitter
WhatsApp
Telegram

Inscription à la Lettre de Nouvelles